L’infertilité masculine pourrait être liée à  la pollution de l’eau

Des produits chimiques présents dans les eaux usées, puis dans les rivières, inhibent la production de testostérone des poissons. Telle est la conclusion d’une étude, mise en ligne le 7 janvier dans la revue Environmental health perspectives, réalisée pendant 3 ans sur plus de 1.000 poissons dans 30 rivières d’Angleterre.
Plusieurs études avaient déjà  montré le lien entre les polluants chimiques de type «oestrogènes’ (hormones femelles) et «féminisation’ des poissons mâles. Mais les chercheurs britanniques ont mis en évidence pour la première fois un phénomène différent: l’action de produits chimiques anti-androgènes, c’est-à -dire bloquant l’action des hormones mâles…
Ces anti-androgènes sont présents dans des traitements comme ceux contre le cancer, et dans des pesticides…
Ce contenu a été publié dans Pollution. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.