Thon rouge: l’UE penche en faveur d’une interdiction de la pêche industrielle au thon rouge

Les pays de l’Union européenne sont proches d’un accord visant à  demander l’interdiction de la pêche industrielle au thon rouge au niveau international pour protéger cette espèce très appréciée des Japonais pour les sushis, a indiqué vendredi soir une source diplomatique.

« Une très, très grande majorité des Etats membres de l’UE sont en faveur » d’une telle solution, qui permettrait à  la pêche dite artisanale de se poursuivre, a indiqué cette source, à  l’issue d’une réunion sur le sujet des représentants des 27 pays de l’UE à  Bruxelles.

Cette interdiction ne serait pas immédiate. Elle interviendrait au plus tôt fin 2010 et au plus tard « d’ici à  mai 2011 », a précisé cette source diplomatique. Le principe de compensations financières pour les pêcheurs affectés a été également acté.

Les pays européens cherchent à  adopter une position commune en vue de la prochaine réunion à  Doha du 13 au 25 mars de la CITES, l’organisation de 175 membres affiliée à  l’ONU chargée de la protection des espèces en danger. La question d’une interdiction au niveau mondial y sera posée.

Une nouvelle réunion des représentants des pays de l’UE est prévue mercredi à  Bruxelles pour finaliser leur position.

Concrètement, il s’agirait de demander l’interdiction du commerce international du thon rouge.

Pour les pays européens, cela reviendrait à  interdire la pêche industrielle de cette espèce en danger, réalisée par les thoniers senneurs, de grands navires utilisant des filets tournants. En France, ils réalisent à  eux seuls 85% de la pêche au thon rouge.

La pêche artisanale, réalisée à  la palangre ou à  la canne notamment, pourrait continuer dans des zones bien délimitées.

Ce contenu a été publié dans Dans la presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.