Un arbre dans la nuit s’est posé

Un arbre dans la nuit s’est posé. Ses branche épanouies surplombent la baie évanouie.
Sur fond de ciel azuré, il domine.
Le battement rapide d’un grand goéland traverse sa ramure, la vie en-deçà  fourmille.
Le sillage évanescent d’une voile en partance trouble un court instant l’onde assagie, mer de l’oubli. De pales rayons transfigurent la nuit de l’effroi.

Ce contenu a été publié dans Poésie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.