Un virus c’est pas rigolo. Episode 4

Je ne voudrais pas jouer les rabat joies mais la COVID-19 est une maladie bégnine sauf pour ceux qui ont déjà quelque chose (voir épisode 3).

Comment peut-on éliminer ce virus ?

  1. Le tuer avant qu’il ne rentre dans le corps

Vous avez remarqué qu’on se touche le visage tout le temps, sans s’en rendre compte ? Pourquoi, je ne sais pas, mais c’est un peu comme si on voulait vérifier qu’on est toujours là. Il faut donc se laver les mains. Le meilleur produit est le savon surtout si on l’emploie avec de l’eau chaude et que l’on frotte bien, même entre les doigts et sous les ongles. Il démantèle l’enveloppe du virus avec ses molécules tensioactives. Le virus n’a aucune chance avec un lavage bien fait.

L’alcool à 60 % minimum dilué dans l’eau abîme les protéines du virus qui devient incapable de reconnaître des cellules par exemple. Moi j’ai fabriqué mon désinfectant en diluant dans l’eau de l’alcool à 95° qui me restait pour faire du vin d’oranges. Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Un virus c’est pas rigolo, saison 3

Disons-le tout de suite ce nouveau coronavirus est bénin dans la majorité des cas mais il peut s’avérer mortel en particulier chez certains patients à  risque.

Notre immunité marche bien pour la majorité des personnes infectées qui étaient de 3,7 millions en France au début du mois de mai. Parfois, on développe la maladie avec des symptômes plus ou moins pénibles (fièvre, toux, douleurs) Si c’est plus grave, on va à  l’hôpital (presque 140 000 personnes depuis le début, soit 3,8 % des malades). Enfin on peut en mourir mais c’est assez rare finalement (0,7 %), bien que le total des décès soit trois fois plus élevé que celui causé par la grippe en hiver 2018-2019.

En plus, nous ne sommes pas égaux face à  ce virus. Les femmes sont légèrement plus touchées que les hommes mais ceux-ci sont davantage hospitalisés. Trois quarts des patients hospitalisés sont des hommes et 70 % d’entre eux sont en surpoids ou obèses. Continuer la lecture

Publié dans Communication | Laisser un commentaire

Peintures de John Somville

John Somville - corona 2 en gestationJohn Somville, en période de confinement, dessine et peint. Pour avoir un aperçu de la vie trépidante qu’il a menée, et notamment de ses quelques années de jeunesse avec Papillon, l’évadé de Cayenne, il faut lire son livre : « Sous l’aide de Papillon » !

John Somville - corona

Corona – John Somville

Continuer la lecture

Publié dans Communication, Peintures et expositions | Laisser un commentaire

Un virus c’est pas rigolo. On tente de s’en débarrasser… (saison 2)

1. D’abord il faut que les virus rentrent dans notre corps.

C’est un peu facile car il a des portes grandes ouvertes : la bouche et le nez (et même, peut-être, les yeux !) Autant vous le dire, ces portes conduisent à  des tuyaux qui pénètrent profondément dans notre corps. D’où l’idée de ne pas respirer les gouttelettes produites par les autres et autres gestes barrière. On les connait par cœur maintenant.

Le virus se multiplie très bien dans la gorge d’ailleurs. Puis il descend dans les voies respiratoires. Il adore cet endroit car c’est très humide et il peut s’y multiplier. Continuer la lecture

Publié dans L'encre de mer | Laisser un commentaire

Partages…

En période de confinement, Soizic Mollo partage avec nous quelques écrits…

hippocampeSable fin de la plage
Galets  épars, nacres iridescentes
Un hippocampe m’attend.

—————————

Elisabeth, Sophie et moi
Morbihan, plage de Gâvres
Souvenir écrit à  l’encre de mer

————————–

Ambre couleur de miel
En son cœur l’insecte
Empreinte du temps

————————

A perte de vue, la mer
A perte de vue le ciel
Cela de mon balcon

Publié dans L'encre de mer, Poésie | Laisser un commentaire

Un virus c’est pas rigolo (saison 1)

Pour les non-initiés à  la biologie…

1. Les virus, autant le dire tout de suite, ne sont pas vraiment des êtres vivants. Ils sont incapables de faire des petits virus tout seuls. En fait, ils sont vivants quand ils sont à  l’intérieur d’une cellule et inertes à  l’extérieur. Un virus c’est très très petit, de l’ordre du millionième de millimètre. Bon, voir un truc si petit c’est impossible à  part si on possède un microscope électronique. Mais c’est très cher et encombrant.

Finalement c’est quoi un virus ? C’est super simple : vous prenez un petit brin de matériel génétique (ADN* ou ARN* selon les virus), vous l’enveloppez dans une membrane et vous parsemez celle-ci de grosses molécules de protéines aux formes bizarres.

Un coronavirus comprend une molécule d’ARN, une enveloppe et des grandes protubérances. De loin, si on peut dire, il ressemblerait à  la couronne solaire. D’où corona..virus. Je sais pas ce qu’ils fument dans les labos. Continuer la lecture

Publié dans Communication | Un commentaire

Quelques vues du siècle d’avant, dans le fond d’un tiroir…

Le bon argument

Le bon argument

Comment, à  ton âge, t’as pas seulement pouvu avoir un dernier prix, et not’e cochon qu’a pas six mois a eu le premier prix au Comice !…

Arcachon : début du siècle dernier

Continuer la lecture

Publié dans Communication | Laisser un commentaire

EAU

jeu d'enfant photo de Chantal Théry

Photo Chantal Théry

 En période de confinement, Chantal Théry et François Poulin se sont prêtés à  un jeu d’investigation personnelle, puis d’écriture, pour préciser ce qui leur est essentiel. Ci-après, le texte de Chantal…

« Que préfères-tu dans la nature ? ‘ Ce que je préfère c’est l’eau !

L’eau vitale, infiniment précieuse, que l’on boit pour vivre et qui constitue 60% de notre corps. L’eau pour cuire nos aliments, nous laver, laver notre linge, assainir la maison. L’eau nécessaire aux plantes, aux jardins, aux champs, aux grenouilles, aux poissons, aux canards, aux oies sauvages, aux tortues marines, aux dauphins, aux belugas, aux oiseaux et à  tous les animaux. L’eau, si rare dans tant d’endroits de la planète !… L’eau que  » les femmes surtout  » doivent puiser, transporter, utiliser, transformer. Continuer la lecture

Publié dans Environnement | Laisser un commentaire

Le Pissenlit

Photo Chantal Théry

Photo Chantal Théry

En période de confinement, Chantal Théry et François Poulin se sont prêtés à  un jeu d’investigation personnelle, puis d’écriture, pour préciser ce qui leur est essentiel. Ci-après, le texte de François…

 « Que préfères-tu dans la nature ? ‘ Ce que je préfère c’est une plante : le pissenlit !

Ma plante préférée, le pissenlit, n’est pas une « mauvaise herbe ‘ ! Il est le premier jouet de mes deux ans : grâce à  sa sphère blanche qui, telle un parachute, rend visible les tourbillons du vent. Ses fleurs jaune vif ont composé le premier bouquet que j’ai offert à  ma mère, qui a sans doute préféré la poignée de violettes que je lui ai offert plus tard. Continuer la lecture

Publié dans Environnement | Laisser un commentaire

L’île de la galite de 1840 à  la fin du protectorat français en Tunisie par Achille Vitiello

 » Je m’appelle Achille Vitiello. Avec ma famille, nous habitons à  Six-Fours-les- Plages, dans le Var. Auparavant, nous habitions Sanary-sur-Mer où nous sommes arrivés avec mes parents, le 20 mars 1958. Nous sommes originaires de Tunisie. Moi, je suis né le 24 juillet 1942 à  Bizerte ; ma mère, Marie Lopicolo, est née à  Bizerte le 23 juillet 1922 et mon père, Antoine Vitiello, dit Jean, le 27 septembre 1918 à  l’àŽle de la Galite. C’est de cette île que je voudrais vous parler, à  partir de mes souvenirs et de ce que m’ont raconté mon grand-père et mon père qui étaient pêcheurs. »

Découvrez ce témoignage étonnant qui s’est transmis d’homme à  homme et qui raconte comment des hommes, et des pêcheurs, ont pu vivre en complète autarcie sur une petite île de la Méditerranée, comment ces familles organisaient leurs règles sociales, comment Habib Bourguiba a débarqué un jour sur ce caillou…

Merci à  Achille Vitiello d’avoir transmis cette mémoire et autorisé l’Encre de mer à  la publier dans sa revue, et sur ce site internet.

Publié dans L'encre de mer | Un commentaire